Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 09:31

Dalle-St-Charles.jpg Mosaïque représentant le blason épiscopal de St Charles Borroméo

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

C'est au nom du Christ que nous sommes rassemblés en ce 3ème dimanche de carême, pour méditer sa Parole d'amour, célébrer son sacrifice eucharistique, convertir notre vie et poursuivre notre route vers Pâques. Plus de deux semaines sont passées depuis le mercredi des Cendres. Elles nous ont permis de vérifier, jours après jours, que ce que nous avions promis comme effort de carême, se réalise bien sous les yeux du Seigneur.

Quelle à été notre promesse, notre décision, pour changer notre vie ? D'abord ce me semble, la conversion du cœur ! Avoir une pensée, une prière quotidienne en union avec celui qui nous aime d'un amour fort et miséricordieux. Lui que nous blessons par nos péchés, nos ingratitudes, nous qui nous éloignons de lui, pour commettre le mal. Mais lui, le Dieu de tout amour est là, frappant à la porte de notre vie, nous demandant de lui ouvrir.

Prenons ces versets de l'Introït, du psaume 24, pour éclairer notre route de carême : "Mes yeux sont toujours levés vers le Seigneur, car c'est lui qui me dégage du filet. Oui, vers Toi, Seigneur j'élève mon âme, car je sais que si je me confie en toi, jamais je ne serai confondu." Jésus étend sur nous, ses bras qui furent crucifiés, pour mieux nous montrer de quel amour il nous aime. Pouvons-nous attendre plus longtemps pour nous montrer ses imitateurs ? Enfants de Dieu, nous le sommes depuis notre baptême, nous qui sommes plongés dans le bain de régénérescence pour vivre de cette vie nouvelle d'enfants de Dieu. Nous devrions rester dans une pureté de vie, sans cesse renouvelée. Et pourtant, nous savons bien que non !

Alors, la liste des péchés, que St Paul décline dans sa lettre aux chrétiens d'Ephèse, nous l'avons tous en mémoire, puisque nous nous laissons aller à commettre les fautes dont il parle. Autrefois nous étions loin de Dieu, comme dans les ténèbres ; aujourd'hui, la confession, le sacrement de réconciliation, nous permet de retrouver cette innocence baptismale. Aussi, préparons sérieusement notre confession pascale, avec le désir de changer de vie, de revenir vers le Seigneur, de ne point rester dans cet état de vie, qui conduit notre âme à la mort. Bien au contraire, remercions le Seigneur de nous faire percevoir nos fautes, allons nous confesser, avec grande confiance en sa miséricorde. Et pendant notre démarche de pénitence, c'est le Seigneur se lève et qui vient vers nous, qui court vers nous, sur le chemin de la conversion et nous prend dans ses bras. Comme il le fit pour l'enfant prodigue, nous fait revêtir la robe nuptiale, tout à la joie de notre retour. Ce mal qui est en nous, ce péché qui nous aliène, ces fautes que nous commettons sans plus y penser, -tant nous en avons l'habitude-, nous devons nous en séparer.

Voyez l'homme qui voulait se convertir dont nous parle l'Evangile en ce dimanche. Il prend soin de changer de vie, de faire tout pour honorer son Dieu, mais l'ennemi survient. Cet ennemi c'est le mal, le démon, celui qui divise, c'est Satan... Il est bien armé, c'est-à-dire plein d'assurance, il s'insinue en nous, nous flatte, nous donne ce que nous lui demandons, puis il nous aliène, nous tient dans ses griffes. Et quand l'esprit impur sort de cet homme, il va et viens, recherchant un repos dans les endroits arides. Il n'en trouve pas et se dit : "Je vais réintégrer ma maison, c'est-à-dire, l'âme et le corps de celui de qui je suis sorti." Mais en arrivant, il trouve cette âme si propre, si belle, si tendue vers Dieu. Alors que faire ? Avec 7 autres esprits, ils viennent s'installer en lui et sa condition devient pire qu'auparavant.

Frères et Sœurs, que le Seigneur nous délivre de cette emprise. Comme Jésus au désert, répondons à l'esprit du mal, par la Parole de Dieu, cette Parole qui doit être au cœur de notre vie, que nous devons méditer jour après jour. Il nous faut prendre du temps pour ouvrir, toujours et encore la Parole de Dieu, pour lire dans le texte des Evangiles, ce que Jésus ne cesse de nous dire. Nous savons que les préceptes du Seigneur sont droits et qu'ils réjouissent notre cœur. Alors pourquoi ne pas les mettre en pratique ?

Lorsque nous récitons le confiteor, pensons-nous à nos péchés, en pensée, en parole et par action. Il ne suffit pas de le réciter deux fois au cours de l'Eucharistie, mais de bien s'en pénétrer, pour garder à l'esprit ce que nous faisons de notre vie.

En ce 3ème dimanche de Carême, devant l'autel du Seigneur, redisons au Christ, notre amour et notre désir de changer de vie, de convertir notre vie, de le suivre, de mettre nos pas dans ses pas, sur la route qui le mène de la crucifixion à la résurrection.

Don de son Corps et de son Sang, l'Eucharistie nous permet, jours après jours, d'être sur la voie de la perfection. C'est ce que nous recherchons tous, et même si nous tombons encore et toujours dans le péché, le Seigneur vient nous en délivrer. Le plus terrible, ce serait de rester dans cet état et de se croire incapable de conversion. Non, l'Esprit-Saint est là, et il vient au secours de notre faiblesse. Comme le disait le St Curé d'Ars :

"Il n’y a rien de si beau qu’une âme pure !  Si on le comprenait, on ne pourrait pas perdre la pureté.  L’âme pure est dégagée de la matière, des choses de la terre et d’elle-même… Celui qui a conservé l’innocence de son baptême, est comme un enfant qui n’a jamais désobéi à son père…Quand on a conservé son innocence, on se sent porté en haut par l’amour de Dieu comme l’aigle est porté par ses ailes.

Un chrétien qui a la pureté de l’âme est sur la terre comme un oiseau qu’on tient attaché par un fil.  Pauvre petit oiseau !  Il n’attend que le moment où l’on coupera le fil pour s’envoler.  Une âme pure est comme une belle perle.  Tant qu’elle est cachée dans un coquillage, au fond de la mer, personne en songe à l’admirer.  Mais, si vous la montrez au soleil, cette perle brille et attire les regards. 

C’est ainsi disait-il, que l’âme pure, qui est cachée aux yeux du monde, brillera un jour devant les anges, au soleil de l’éternité… Ceux qui ont perdu la pureté, sont comme une pièce de drap trempée dans l’huile : lavez-la, faites-la sécher, la tâche revient toujours ; de même il faut un miracle pour laver l’âme impure.

La pureté vient du Ciel ; il faut la demander à Dieu.  Si nous la demandons, nous l’obtiendrons.  Il faut bien prendre garde de la perdre.  Il faut fermer notre cœur à l’orgueil, à la sensualité et à toutes les autres passions… comme quand on ferme les portes et les fenêtres pour que personne ne puisse entrer. Quelle joie pour l’ange gardien chargé de conduire une âme pure !  Mes enfants, quand une âme est pure, tout le Ciel la regarde avec amour…

Mes enfants, on ne peut pas comprendre le pouvoir qu’une âme pure a sur le Bon Dieu : elle en obtient tout ce qu’elle veut. Une âme pure est auprès de Dieu, comme un enfant auprès de sa mère : il la caresse, l’embrasse et sa mère lui rend ses caresses et ses embrassements. Pour conserver la pureté, il y a trois choses : la présence de Dieu, la prière et les sacrements."

Chers frères et Sœurs, avec le St Curé d'Ars, mettons en pratique, les commandements d'amour du Seigneur, et conservons-les dans notre cœur, pour parfaire notre conversion. N'est-ce pas le souhait que nous formulons en ce temps de Carême ? Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Mgr J-P Ellul.

Partager cet article

Repost 0
Published by San Carlo - dans Homélies
commenter cet article

commentaires