Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 11:08

Jeudi 17 janvier 2013 - 9h.

Messe présidée par Mgr Jean-Pierre Ellul.

Prédication : Diacre Geroges RENOUX 

 

Messe de rentrée tribunal de commerce de Marseille

 

 C’est un honneur pour moi de m'adresser à vous à l'occasion de la rentrée solennelle de votre tribunal et je remercie Mgr Ellul d'avoir pensé que mon passé professionnel et mon présent dans l'Eglise me permettraient de le faire.

En effet, le diacre dans l'Eglise à un présent  professionnel, s’il est encore jeune, ou, le temps passant un passé professionnel. Pour moi ce sont plus de 40 années dans la banque et  la gestion de la dimension économique et financière de ce diocèse durant 11 ans. Avec actuellement une mission, entre autres, de juge à l’officialité régionale du diocèse de Marseille.

Le domaine qui est le vôtre, la justice dans le monde commercial et industriel nécessite précision et rigueur. Appliquer le droit au nom du peuple français est un honneur mais aussi une lourde responsabilité.

 Dans le droit canonique si le principe est le même s’y ajoute une règle fixée  par le dernier canon, le canon 1752.Celui-ci  précise que l'on doit bien sur observer l'équité canonique, c'est-à-dire l'esprit de l'Evangile dans le traitement des situations subjectives particulières, cela doit être appliqué en harmonie avec la loi suprême de l'Eglise qu’est le salut des âmes.

En effet, derrière chaque jugement, pour vous comme pour nous, il y a des hommes et des femmes dont l'existence pourra être profondément modifiée selon la décision prise. Voilà qui interpelle profondément.

Dans toute justice la part d'implication humaine est grande, il revient à chacune ou à chacun de ceux qui exercent une quelconque autorité de s'en souvenir toujours avec humilité et volonté de servir.

L'Eglise voit en  chaque être humain un enfant de Dieu et veut  lui accorder toute l’attention et la considération qui lui est due, tout en faisant respecter les règles qui lui paraissent les plus aptes à assurer la bonne harmonie entre les êtres.

 C'est ce que démontre Jésus dans l’Evangile que nous avons entendu. Un lépreux s'approche de Jésus, démarche audacieuse car les lépreux sont des gens tenus à distance de la population du fait qu’ils sont considérés comme des impurs. "Si tu le veux, tu peux me purifier". Et Jésus le purifie. Ainsi Jésus n'a pas repoussé cet homme que l'on tenait à l'écart mais au contraire il étend la main vers lui et aussitôt il est guéri. Cependant, Jésus veut qu'il se conforme à la loi, c'est le prêtre qui peut authentifier la guérison et donc le délivrer de son obligation de vivre à l’écart. Mais le lépreux, tellement heureux d’être guéri ne le fait pas mais proclame la grandeur de Dieu à travers l'action de Jésus.

Dans la lettre aux Hébreux  nous avons entendu son auteur nous rappeler, ce qui était déjà dans le psaume, "n’endurcissez pas votre cœur". C'est le défi de tout être humain aujourd’hui. Nous  voyons malheureusement nombre d’exemples opposés dans toutes les relations humaines, celles du travail malheureusement trop souvent.

Les sujets de discorde, de discussion, de divergences  sont si nombreux  et actuellement peuvent être  exacerbés par la rapidité de la communication.

Cependant en France, jusqu'ici, tout semblait se passer dans un cadre établi et qui semblait être à peu prés consensuel pour tous.

Et voici qu'apparaisse des discordes profondes sur ce qu'est le mariage et la famille, alors que ces repères n’étaient pas mis en question dans l’organisation de la société jusqu'ici. La position de l'Eglise est bien connue et elle n'est ni ringarde ni rétrograde puisque la plupart des religions et  nombre d'associations  laïques aussi s'inquiètent d'une évolution considérée comme nuisible  (par exemple, dans l'union nationale des associations familiales (UNAF) qui regroupent 8000 associations) ..

Il nous faut en effet être très attentif sur le sens de cette évolution. Le Grand Rabbin Gilles Bernheim que le Pape Benoît XVI cite d'abondance dans ses vœux aux Corps  Constitués du Vatican, le grand rabbin de France précise, dans un traité récent, que “l'atteinte à l'authentique forme de la famille constituée d'un père, d'une mère et d'un enfant parvient à une dimension plus profonde... Il devient clair maintenant qu’ici est en jeu la vision de l’être même, de ce que signifie le fait d'être une personne humaine. “

Et le Pape reprend également et développe son opposition à la théorie du genre qui finalement sous-tend les démarches actuelles. Cette théorie part du principe que l'on ne nait pas homme ou femme mais qu’on le devient. Le support de cette philosophie est la réflexion de Simone de Beauvoir "on ne naît pas femme on le devient".

Ce n'est donc “plus un donné d’origine de la nature, mais un donné  que l'être humain doit accepter et remplir personnellement de sens“. C’est un rôle social dont on décide de manière autonome, alors que jusqu'ici c'était à la société d’en décider. L'être humain peut donc nier sa nature et vouloir se la créer  lui-même.

Pour bien montrer ce que cela implique un évêque expliquait récemment :“ vous ne pourrez  plus donner une poupée à une petite fille ou un camion de pompiers à un petit garçon sans que l'on puisse vous accuser de les conditionner et ainsi de les  gêner dans leur libre choix.“

Vous comprendrez donc bien que l'Eglise fidèle à l'enseignement de la Bible et la révélation de Jésus-Christ ne puisse voir l’avenir que dans le mariage d'un homme et d'une femme et que la loi naturelle définisse la personne.

Finalement, frères et sœurs, chers amis, ce qui fait la joie d'être chrétien c'est que nous sommes porteurs d'un Amour qui nous dépasse et que nous avons mission de porter vers tous les êtres humains, (avec nos faiblesses, nous les connaissons, elles sont grandes,) mais nous sommes forts de l'aide de l'Esprit Saint de Dieu qui est le guide de notre chemin.

Vous êtes représentants d'une institution qui remonte ici à Marseille à des temps très anciens. Les changements de régime politique  n'ont pas remis en cause le fondement de votre institution si nécessaire au bon fonctionnement des transactions commerciales et industrielles. Notre beau pays a besoin d'institutions fortes comme l’est la vôtre  pour affronter la mondialisation, le monde étant désormais l'espace dans lequel nombre de nos entreprises sont impliquées.

En ce début d'année permettez-moi de formuler des vœux pour vous-mêmes et celles et ceux qui vous sont chers, que le Seigneur éclaire votre activité et vous inspire dans chacun de vos jugements.

 

 

 

 

 

Georges Renoux

Diacre permanent

Église Saint-Charles à Marseille

Le 17 janvier 2013

 

Partager cet article

Repost 0
Published by San Carlo - dans Homélies
commenter cet article

commentaires